click here On me dit souvent : « C’est génial ce que tu fais, tu as du courage de te lancer dans l’entreprenariat, moi j’aimerais mais je ne m’en sens pas capable… ». Ou au contraire : « C’est un sacré retour en arrière, comment vas-tu faire pour en vivre ? Tu n’as pas peur ? »…

Tout ça m’a amenée à réfléchir à ce qui pousse certains d’entre nous à tenter la reconversion professionnelle, de surcroit dans un domaine d’activité alternatif voire, osons l’écrire, décroissant, et si effectivement cela demande courage… ou folie… J

Donner un sens à son activité professionnelle (et à sa vie…), évoluer dans sa vie personnelle, changer d’air et quitter un environnement stressant… Les motivations qui poussent à opter pour une reconversion professionnelle sont nombreuses. Vous trouverez sur le net des tas d’articles traitants de ce sujet. Et des statistiques assez inquiétantes sur l’épuisement professionnel, le burn-out… L’idée n’est pas de vous effrayer, mais bel et bien de vous inspirer avec ma propre expérience.

En ce qui me concerne, après avoir démêlé tout ça, analysé les obstacles que j’ai dû traverser (et il y en aura d’autres !), passer en revue les moments passés à refaire le monde, repenser aux voyages, expériences et rencontres tous aussi inspirants les uns que les autres, je me suis rendue compte que je voulais répondre à de réelles convictions. Etre en accord avec moi-même, mes valeurs, mon éthique.

Cette dernière année, j’ai voulu « creuser » et ce que j’ai découvert, c’est un projet de vie. La permaculture a eu ce pouvoir sur moi. Designer son mode de vie, pas seulement son jardin. C’est aussi ça la permaculture.

Aujourd’hui, je suis encore employée dans une grande entreprise, en région parisienne. Aujourd’hui, j’ai signé ma rupture conventionnelle. Ça n’a pas été simple. Je me suis confrontée à de dures négociations, parfois au jugement des autres, et bien évidemment à mes propres doutes.

Cet été, je deviens libre. Libre mais responsable. C’est un saut dans le vide, un sacré challenge. Mais je ne dis pas que ce doit être le choix de tout le monde. C’est le mien, et il me comble.

Pour finir, j’aimerais citer Amelia Earhart, la première femme ayant traversé l’océan Atlantique en avion. Ironiquement, c’est peut-être parce que j’ai moi-même récemment traversé l’Atlantique qu’elle me vient en tête (même si c’était à la voile et 90 ans après !) :

Le plus difficile, c’est de décider d’agir. Le reste ne tient qu’à la persévérance.

Alors persévérons !

Géraldine, cofondatrice de myTERREhappy

One thought to “Comment j’ai changé de vie”

  • Bruno Nunes

    C’est très joliment écris… Merci pour le partage , on a besoin de plus e témoignages pour montrer que le choix ne dépend que de nous . Courage pour la suite . Bisous

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.